vanessences.fr vise l’essentiel

Vous aimez ce billet ? Partagez le 😉Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Nous avions reçu il y a quelques jours Edith Lefranc, la rédactrice en chef de l’agence du Midi Libre Alès, venue faire un reportage sur vanessences.fr et découvrir nos nouveaux locaux. Voici le très bel article sur notre petite entreprise paru le lundi 19 mars dans le Midi Libre Alès qui nous a de plus fait l’honneur de la une du journal 😉

 

vanessences.fr fait la une du Midi Libre Alès

 

vanessences.fr vise l'essentiel article du Midi Libre

 

L’article du Midi Libre Alès.

Vous pouvez retrouver l’article en ligne sur le site du Midi Libre. Lisez la presse, abonnez-vous 😉

Alès : cosmétiques bio et huiles essentielles, Vanessences voit grand

L’entreprise d’aromathérapie bio et de cosmétique s’installe dans de nouveaux locaux, rue Romain-Rolland, à Alès.

Les vieux Alésiens se souviennent sûrement qu’au 20 rue Romain-Rolland se trouvait autrefois la laiterie Pantel. Après des années de désaffection, le bâtiment reprend vie et si des odeurs s’échappent désormais des fenêtres, il s’agit du mélange entêtant de centaines d’huiles essentielles nécessaires aux préparations de Vanessences.

Vanessa Bozec, docteur en pharmacie, et son époux, l’élu d’opposition Benjamin Mathéaud, ont été séduits par ce bâtiment à l’architecture art-déco, afin d’y faire grandir leur entreprise, née à domicile. Depuis quelques mois Marius Thomanek, préparateur en pharmacie, a rejoint Vanessences.

 

Plus de 500 références

Vanessa Bozec, originaire de Loudéac en Bretagne, rêvait plus jeune d’être nez dans le monde de la parfumerie. Un rêve inabouti, qui la poussa vers un diplôme de pharmacienne. En officine, la jeune scientifique s’intéresse toutefois très vite à l’aromathérapie, se forme et donne des conseils aux clients.

“Utiliser les huiles essentielles des plantes, c’est vieux comme le monde. Les Égyptiens le pratiquaient déjà. Et puis le lobby de la chimie a fini par l’emporter, le diplôme d’herboriste disparaît sous Pétain. Aujourd’hui, les gens sont bien plus informés, il y a aussi une certaine défiance des médicaments, et un retour aux vertus du naturel”, précise la jeune quadragénaire.

Pas question toutefois pour la pharmacienne de diffuser un message ambigu : l’aromathérapie et la phytothérapie ne doivent pas être opposées systématiquement aux molécules chimiques et les huiles essentielles ne sont pas, non plus, à utiliser n’importe comment. “Une goutte d’huile essentielle de menthe, c’est l’équivalent de 25 tasses de tisane. Ce ne sont pas des produits anodins”, précise-t-elle.

 

Saisonnalité

Avec plus de 500 références, Vanessences ne propose que des produits bio. Une manière de se démarquer, tout comme l’activité conseil. “J’accompagne les gens, comme je le faisais en pharmacie”, précise-t-elle. Parmi les produits les plus vendus, quelques “best-sellers” comme les shampoings traitant les dermites du cuir chevelu (ou les huiles anti-poux), les huiles anti-tâches, les roll-on anti acnée ou anti micro-kyste. Si la société vend des mélanges tout prêts, elle propose aussi le “do it yourself” (faites-le vous-mêmes NDLR).

“Les gens viennent parfois avec des formules, que nous leur préparons. Nous vendons aussi des livres, des flaconnages, des diffuseurs. On s’adresse aussi bien à ceux qui cherchent la facilité, qu’aux gens un peu plus aguerris et qui se débrouillent seuls.”

Les produits répondent à une saisonnalité, la période de l’hiver sera propice à la vente d’huiles essentielles pour dégager les nez bouchés, tandis que ce début de printemps où les pollens font éternuer les allergiques, exigera d’autres substances, et que l’été mettra en avant les protections solaires. La clientèle est basée dans toute la France, voire en Suisse et en Belgique. “À moyen terme, nous espérons développer le réseau des thérapeutes. Nous venons de nous faire référencer par une école de kiné, c’est une très bonne nouvelle pour nous. On est de plus en plus sollicités par des boutiques bio, des pharmacies…», explique Vanessa Bozec qui ne veut toutefois pas s’éparpiller.

À terme, le premier étage de l’ancienne laiterie de la rue Romain-Rolland devrait même devenir un espace de co-working pour les professionnels des médecines douces. Masseurs et naturopathes, pourraient trouver en ce lieu un espace pour travailler ensemble.

Auparavant, dès la fin de cette année 2018, l’espace boutique devrait ouvrir en rez-de-chaussée, dans l’ancien garage. Le temps du laitier est bien révolu.

Edith Lefranc

Vous aimez ce billet ? Partagez le 😉Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Pharmacienne aromathérapeute vanessences.fr

Notre pharmacienne est docteur en pharmacie, diplômée de la faculté de Rennes, avec plus de 15 ans d’expérience en officine elle a une très bonne connaissance des pathologies, des traitements chimiques, de leurs indications, de leurs contre indications et de leurs effets secondaires. Notre pharmacienne est formée aux alternatives thérapeutiques naturelles : homéopathie, oligothérapie, phytothérapie, diététique et compléments alimentaires et bien sur formée spécifiquement à l’aromathérapie scientifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *